Vous êtes ici : Université d'Avignon

>>> L’Université d’Avignon défend ses missions de service public : l’excellence comme la plus haute forme d’égalité pour tous

Février 2010

L’Université d’Avignon est l’université la plus
« populaire » de France, avec 48% de boursiers inscrits en première année. Assumant pleinement ses missions de service public dans un territoire défavorisé, elle a pris, dans le cadre des moyens affectés par le plan Réussite en Licence, des mesures exceptionnelles visant à garantir l’excellence comme la plus haute forme d’égalité pour tous.
Ces nouvelles mesures respectent en tous points la légalité.

Elles produisent déjà des effets bénéfiques puisque les taux de réussite augmentent entre 3 et 5% dès le premier semestre de la première année. Pourtant l’Université d’Avignon figure en tête du classement diffusé par l’UNEF dans son rapport du 22 février
« Examens : le palmarès des universités hors la loi ! ».
L’audace de nos dispositifs pour la réussite de tous devrait nous positionner en tête des classements pour la réussite.
Cet écart de classement ne peut s’expliquer que par une profonde incompréhension de la direction nationale de l’UNEF des mesures mises en place localement. Des mesures soutenues par l’ensemble de nos équipes pédagogiques pour garantir à nos étudiants une réussite respectueuse de ce qu’ils sont. Des mesures qui ont été votées unanimement par les conseils de l’Université.

Pour rappel, l’UNEF dénonce les nouvelles « modalités de validation des cursus et d’obtention des diplômes » votées à l’unanimité (y compris par les élus UNEF) lors du Conseil des Etudes et de la Vie Universitaire du 18 juin 2009, puis par le Conseil d’Administration du 23 juin 2009.



Il s’agissait de généraliser le contrôle continu à toutes les formations de l’Université d’Avignon afin d’offrir à tous nos étudiants :
- davantage de notes pour mieux se repérer durant le semestre,
- plus d’encadrement et d’accompagnement avec un enseignant référent, en privilégiant les travaux encadrés plutôt que les devoirs sur table,
- la transformation des semaines d’examen en semaines d’enseignement (passage de 11 à 15 semaines) sans rallonger le calendrier de l’année. Cela permet à nos étudiants de pouvoir travailler et financer leurs études lorsqu’ils n’ont pas d’autres choix. Cela leur permet également d’accéder plus facilement aux loisirs et à un meilleur équilibre de vie.



Ces clés de la réussite ont fait la réputation et la reconnaissance des IUT ou des filières qui les expérimentent depuis plus de 10 ans à l’Université d’Avignon (espagnol, italien, informatique, communication notamment, avec des taux de réussite au premier semestre oscillant entre 70 et 88 %). On y favorise la réussite sans transiger sur le niveau d’excellence des formations.

Il est vrai que la mise en œuvre du contrôle continu intégral modifie considérablement la manière dont fonctionne l’Université. Il est compréhensible, comme devant tout changement, que des craintes surgissent. Pour autant, les étudiants élus dans les conseils de l’Université (Avignon obtient le plus fort taux de participation en la matière avec près de 24% aux élections des conseils centraux), ont bien compris ces enjeux locaux.  Ils ont systématiquement accompagné ces changements par des votes unanimes dans les conseils de l’Université.

Nous connaissons la sensibilité sociale de l’UNEF et pensions sincèrement que cette organisation classerait notre université en tête pour réussir ensemble ce pari républicain d’une véritable égalité des chances pour tous.

>>> Une réponse point par point (*.pdf)
>>> Les modalités de contrôle des connaissances
 

En savoir +

Formations, Vie étudiante




> Toute l'actualité de l'Université d'Avignon
> Archives classées par mois
> Archives classées par thématiques

>>> ENVOYER
Université d'Avignon et des pays de Vauclusepratique
pratiqueminisites

reseaux sociaux